La Trinité

La Trinité face à L’Erreur du Modalisme, du Sabellianisme et de L’Unicité

Introduction

La Bible enseigne que Dieu est un seul Dieu en trois personnes distinctes: Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint-Esprit. Cet enseignement est généralement connu comme la Trinité – ce qui signifie que Dieu est une « tri-unité » ou « trois-en-un ». Maintenant, laissez-moi préciser que les chrétiens ne croient pas en trois Dieux. La Bible n’enseigne pas non plus que Dieu est une personne qui apparait sous trois formes ou manières différentes, ceci est une erreur connue sous le nom de modalisme/Sabellianisme ou Pentecôtisme Unicitaire. Bien que le concept que Dieu soit un seul Dieu en trois différentes personnes puisse être difficile à saisir pour nous, c’est ce que l’Ecriture enseigne clairement.

Un seul Dieu, Trois personnes

Premièrement, la Bible enseigne que Dieu est un :

 Écoute, Israël! L’ÉTERNEL, notre Dieu, est le seul ÉTERNEL.                                                   (Deutéronome 6 :4)

Car je suis Dieu, et il n’y en a point d’autre. (Esaïe 45 :22)

La Bible enseigne clairement qu’il n’y a pas trois Dieux, mais un seul vrai Dieu. Cependant, l’Ecriture enseigne aussi qu’il y a une pluralité de personnes en Dieu.

Dieu le Père est :

Dieu – Philippiens 1 :2
Créateur – Genèse 1 :1
Eternel – Psaume 90 :2

Dieu le Fils est :

Dieu – Jean 1 :1 ; Romains 9 :5 ; Colossiens 2 :9 ; Tite 2 :13 ; hébreux 1 :5-13
Créateur – Colossiens 1 :16
Eternel – Jean 8 :58 ; (Voir Exode 3 :14)

 Dieu le Saint-Esprit est :

Dieu – Actes 5 :3-4
Créateur – Job 33 :4 ; Job 26 :13
Eternel – Hébreux 9 :14

Cet enseignement, que ces trois personnes dans le Dieu « Trois-en-un » sont Un seul Dieu mais trois personnes distinctes, se voit dans toute l’Ecriture :

Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Elle était au commencement avec Dieu. (Jean 1 :1-2)

On nous dit ici que Jésus Christ – la Parole de Dieu – était « avec Dieu » au commencement. Si je disais, « Je suis avec ma femme, » vous ne penseriez pas que je suis en train de dire « Je suis ma femme. » De la même façon, nous pouvons clairement voir une distinction dans Jean 1 :1 entre le Père et le Fils. Cependant, Jean nous dit aussi que la parole « était Dieu », si clairement qu’Il est le même Dieu tout en étant en même temps une personne distincte et séparée.

Un autre texte illustrant cette vérité est Zacharie 12 :10 :

Alors je répandrai sur la maison de David et sur les habitants de Jérusalem Un esprit de grâce et de supplication, Et ils tourneront les regards vers moi, celui qu’ils ont percé. Ils pleureront sur lui comme on pleure sur un fils unique, Ils pleureront amèrement sur lui comme on pleure sur un premier-né.

Zacharie parle ici d’un temps où Dieu répandra Son Esprit, montrant que l’Esprit de Dieu est une entité distincte. Certains groupes sectaires ont prétendu que le Saint-Esprit n’était pas une personne mais « la force agissante de Dieu. » Cependant, nous pouvons voir à partir d’autres versets que Dieu le Saint-Esprit possède tous les aspects d’une personne : l’Esprit aime (Romains 15 :30) ; C’est quelqu’un avec qui vous pouvez communier (2 Corinthiens 13 :13) ; Il parle (Actes 8 :29) ; On peut Lui mentir (Actes 5 :3) ; Il peut être attristé (Ephésiens 5 :30). Clairement, ce ne sont pas des attributs d’une force impersonnelle, mais d’une personne.

Notez aussi dans Zacharie 12 :10 que Dieu dit, « Et ils tourneront les regards vers moi, celui qu’ils ont percé. » Dieu dit que c’est Lui qui sera percé sur la croix, et ensuite dans la partie suivante du verset, Il parle de celui sur la croix comme de quelqu’un différent de Lui : « Ils pleureront sur Lui. » Comme dans Jean 1 :1, nous voyons ici une distinction de personnes dans le Dieu un.

L’Erreur du Modalisme

Une erreur courante et un faux enseignement concernant Dieu est le modalisme. Aussi connu comme le Pentecôtisme Unicitaire, le modalisme est une hérésie qui enseigne faussement que Dieu est une personne qui porte trois « masques » différents. En d’autres mots, le modalisme croit que Dieu est une seule personne qui s’est manifestée sous trois manières ou rôles différents.

Ceux qui adhérent à cette fausse doctrine croient que, dans l’Ancien Testament, Dieu apparait en tant que Père, ensuite dans le ministère de Jésus, Dieu apparait en tant que Fils, et ensuite après l’ascension de Jésus, Dieu opère désormais en tant que Saint-Esprit. C’est un reniement de la Trinité parce qu’il contredit l’enseignement clair de l’Ecriture que Dieu est un seul Dieu en trois personnes, prétendant au contraire que Dieu est seulement une personne jouant trois rôles différents. Pourtant, l’Ecriture enseigne clairement que Dieu le Père, Fils et Saint-Esprit ne sont pas simplement trois rôles différents ; ils ne sont pas trois masques portés par une seule personne, mais ils sont clairement trois personnes distinctes en un Dieu Un.

Un verset très utile sur ce sujet est Matthieu 26 :39 :

Puis, ayant fait quelques pas en avant, il (Jésus) se jeta sur sa face, et pria ainsi: Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux.

Pour s’en tenir à la fausse notion que le Père, Fils et Saint-Esprit sont tous la même personne, non seulement devez-vous dire que Jésus se priait ici à Lui-même, mais vous devez complètement ignorer la dernière partie du verset où Jésus dit, « non pas ce que je veux, mais ce que tu veux. » Cette phrase enseigne clairement que le Père et le Fils ont deux volontés différentes. Ils sont Un seul Dieu – comme Jésus a dit, « Moi et le Père nous sommes un. » (Jean 10 :30) – mais ils sont deux personnes distinctes en Dieu, chacun avec Sa propre volonté.

Un autre texte réfutant le modalisme est Matthieu 3 :16-17, qui raconte le baptême de Jésus.

Dès que Jésus eut été baptisé, il sortit de l’eau. Et voici, les cieux s’ouvrirent, et il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et voici, une voix fit entendre des cieux ces paroles: Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection.

Ici, nous pouvons voir les trois membres de Dieu agissant comme des personnes distinctes. Il serait absurde de suggérer que Jésus agissait ici de la même façon qu’un ventriloque, faisant retentir une voix des Cieux !

Et le texte immédiatement après le baptême de Jésus est tout aussi instructif :

Alors Jésus fut emmené par l’Esprit dans le désert, pour être tenté par le diable. (Matthieu 4 :1)

Sommes-nous supposés croire, comme le prétendent les modalistes, que ce verset enseigne que Jésus s’est emmené « Lui-même » dans le désert ? Ou le Saint-Esprit est-Il une autre personne du Dieu Un qui a emmené Jésus dans le désert ?

Donc, nous pouvons voir des versets précédents (et il y en a beaucoup plus) que le modalisme, ou la Théologie Unicitaire, est en opposition directe avec ce que l’Ecriture enseigne. Ce reniement du Dieu « trois-en-un »ne résulte pas seulement dans l’adoration d’un Dieu qui est différent du Dieu de la Bible (i.e., idolâtrie), mais il mène aussi à un salut basé sur les œuvres. Dans divers groupes, les œuvres ajoutées au salut peuvent être différentes, mais certains exemples incluent : que le baptême par immersion totale est nécessaire au salut ; que le baptême n’est pas valable à moins d’être fait au nom du Seigneur Jésus seul ; et que le parler en langues est la seule preuve évidente du salut.

En réponse, nous devrions noter que même si le baptême est important et que c’est une preuve d’obéissance du croyant, ce n’est pas une œuvre nécessaire pour envoyer quelqu’un au ciel. Le brigand sur la croix n’a jamais été baptisé. Deuxièmement, l’affirmation que le baptême n’est pas valable à moins d’être fait seulement au nom du Seigneur Jésus contredit l’enseignement de Jésus Lui-même dans Matthieu 28 :19, où Il commande à Ses disciples de baptiser les convertis « au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. » Enfin, l’affirmation que le parler en langues est la seule preuve évidente du salut contredit Jean 3 :16 :

Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle.

Ce n’est pas « quiconque parle en langues » mais « quiconque croit » qui est assuré du salut. En plus, 1 Jean 5 :13 nous dit que le livre de 1 Jean a été écrit pour que ceux qui se disent chrétiens puissent examiner si leur foi est réelle, et par conséquent avoir l’assurance Biblique du salut. Pourtant, il n’y a aucune mention du parler en langues en 1 Jean, ce qui prouve que le parler en langues n’est pas une preuve Biblique pour le salut.

Conclusion

Renier la Trinité, c’est ne pas adorer le Dieu de la Bible tel qu’Il s’est révélé Lui-même. Bien que le concept, que le Dieu de la Bible est un seul Dieu en trois personnes distinctes, puisse être difficile à saisir pour nous, c’est néanmoins ce que l’Ecriture enseigne clairement. Connaitre ce Dieu, c’est avoir la vie éternelle (Jean 17 :3) ; Le renier, c’est rester mort dans son péché (Jean 8 :24).

Par Kevin Williams et Garrett Holthaus

A MEDITER:

Evangile selon saint Jean au chapitre 8

23 Il leur répondit : « Vous, vous êtes d’en bas ; moi, je suis d’en haut. Vous, vous êtes de ce monde ; moi, je ne suis pas de ce monde.

24 C’est pourquoi je vous ai dit que vous mourrez dans vos péchés. En effet, si vous ne croyez pas que moi, JE SUIS, vous mourrez dans vos péchés. »

25 Alors, ils lui demandaient : « Toi, qui es-tu ? » Jésus leur répondit : « Je n’ai pas cessé de vous le dire.

26 À votre sujet, j’ai beaucoup à dire et à juger. D’ailleurs Celui qui m’a envoyé dit la vérité, et ce que j’ai entendu de lui, je le dis pour le monde. »

27 Ils ne comprirent pas qu’il leur parlait du Père.

28 Jésus leur déclara : « Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors vous comprendrez que moi, JE SUIS, et que je ne fais rien de moi-même ; ce que je dis là, je le dis comme le Père me l’a enseigné.

29 Celui qui m’a envoyé est avec moi ; il ne m’a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable. »

30 Sur ces paroles de Jésus, beaucoup crurent en lui.

31 Jésus disait à ceux des Juifs qui croyaient en lui : « Si vous demeurez fidèles à ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ;

32 alors vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres. »

33 Ils lui répliquèrent : « Nous sommes la descendance d’Abraham, et nous n’avons jamais été les esclaves de personne. Comment peux-tu dire : “Vous deviendrez libres” ? »

34 Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : qui commet le péché est esclave du péché.

35 L’esclave ne demeure pas pour toujours dans la maison ; le fils, lui, y demeure pour toujours.

36 Si donc le Fils vous rend libres, réellement vous serez libres.

37 Je sais bien que vous êtes la descendance d’Abraham, et pourtant vous cherchez à me tuer, parce que ma parole ne trouve pas sa place en vous.

38 Je dis ce que moi, j’ai vu auprès de mon Père, et vous aussi, vous faites ce que vous avez entendu chez votre père. »

39 Ils lui répliquèrent : « Notre père, c’est Abraham. » Jésus leur dit : « Si vous étiez les enfants d’Abraham, vous feriez les œuvres d’Abraham.

40 Mais maintenant, vous cherchez à me tuer, moi, un homme qui vous ai dit la vérité que j’ai entendue de Dieu. Cela, Abraham ne l’a pas fait.

41 Vous, vous faites les œuvres de votre père. » Ils lui dirent : « Nous ne sommes pas nés de la prostitution ! Nous n’avons qu’un seul Père : c’est Dieu. »

42 Jésus leur dit : « Si Dieu était votre Père, vous m’aimeriez, car moi, c’est de Dieu que je suis sorti et que je viens. Je ne suis pas venu de moi-même ; c’est lui qui m’a envoyé.

43 Pourquoi ne comprenez-vous pas mon langage ? – C’est que vous n’êtes pas capables d’entendre ma parole.

44 Vous, vous êtes du diable, c’est lui votre père, et vous cherchez à réaliser les convoitises de votre père. Depuis le commencement, il a été un meurtrier. Il ne s’est pas tenu dans la vérité, parce qu’il n’y a pas en lui de vérité. Quand il dit le mensonge, il le tire de lui-même, parce qu’il est menteur et père du mensonge.

45 Mais moi, parce que je dis la vérité, vous ne me croyez pas.

46 Qui d’entre vous pourrait faire la preuve que j’ai péché ? Si je dis la vérité, pourquoi ne me croyez-vous pas ?

47 Celui qui est de Dieu écoute les paroles de Dieu. Et vous, si vous n’écoutez pas, c’est que vous n’êtes pas de Dieu. »

48 Les Juifs répliquèrent : « N’avons-nous pas raison de dire que tu es un Samaritain et que tu as un démon ? »

49 Jésus répondit : « Non, je n’ai pas de démon. Au contraire, j’honore mon Père, et vous, vous refusez de m’honorer.

50 Ce n’est pas moi qui recherche ma gloire, il y en a un qui la recherche, et qui juge.

51 Amen, amen, je vous le dis : si quelqu’un garde ma parole, jamais il ne verra la mort. »

52 Les Juifs lui dirent : « Maintenant nous savons bien que tu as un démon. Abraham est mort, les prophètes aussi, et toi, tu dis : “Si quelqu’un garde ma parole, il ne connaîtra jamais la mort.”

53 Es-tu donc plus grand que notre père Abraham ? Il est mort, et les prophètes aussi sont morts. Pour qui te prends-tu ? »

54 Jésus répondit : « Si je me glorifie moi-même, ma gloire n’est rien ; c’est mon Père qui me glorifie, lui dont vous dites : “Il est notre Dieu”,

55 alors que vous ne le connaissez pas. Moi, je le connais et, si je dis que je ne le connais pas, je serai comme vous, un menteur. Mais je le connais, et sa parole, je la garde.

56 Abraham votre père a exulté, sachant qu’il verrait mon Jour. Il l’a vu, et il s’est réjoui. »

57 Les Juifs lui dirent alors : « Toi qui n’as pas encore cinquante ans, tu as vu Abraham ! »

58 Jésus leur répondit :

« Amen, amen, je vous le dis : avant qu’Abraham fût, moi, JE SUIS. »